vendredi
12
juin
2015

ALAIN PETERS + LES PYTHONS DE LA FOURNAISE

Concert

VENDREDI 12 JUIN - 21h00 (concert 22h00 !!!!)

MOI J’CONNAIS RECORDS RELEASE PARTY

"ALAIN PETERS"
+
Concert : LES PYTHONS DE LA FOURNAISE (Ile de la Réunion/France)
René Cadet : guitare, percussions chant
Céline Vu Cong : percussions chant
Irène Petit : Kayamb chant
Mathieu Félix : Basse percussions
Félix Vincent : guitare percussions chant
Régis Monte : Claviers
Sébastien Fink : Batterie percussions
+
PASSEURS DE DISQUES :
Moi J’Connais Records’s team

Soirée accueil/vernissage, d’un tout nouvel objet/lp sortant chez nos amis de MOI J’CONNAIS RECORDS et quelle sortie !!!! Une sortie de titres sortis au départ sur de très rares 45 tours et une cassette devenue complètement introuvable d’une icône absolue de la musique traditionnelle de l’ile de la réunion (le maloya), Alain Peters. Une sortie tenant extrêmement au cœur du team de Moi J’Connais, et on les comprend. Inconnu de nos services cave12ien avant l’écoute de l’objet en question, on tombe nous-même totalement sous le charme de cette musique et cette sortie absolument essentielle.

Un immense coup de chapeau à MOI J’CONNAIS pour ce formidable travail et sortie, et donc, une soirée "vernissage/carte blanche" à eux ici ce soir, avec concert (LES PYTHONS DE LA FOURNAISE) et dj’s/passeurs de disques.

Pour les amateurs, recommandé, et très belle douce soirée/musique d’été en perspective.

ALAIN PETERS
Icône absolue de la musique traditionnelle de l’ile de la réunion, le maloya, Alain Peters est repris par l’ensemble des artistes réunionnais d’aujourd’hui. Il est a l’origine d’une œuvre personnelle, unique et universelle à la fois, pour la première fois édité sur vinyle.

Dès l’age de treize ans il commence à jouer dans un orchestre de bal puis se lance dans le bouillonnement des années hippies et disco avec des groupes aux nom évocateurs comme Les Lords, Pop Decadence, Satisfaction. Vers la fin des années 1970 c’est la rencontre décisive avec un poète réunionnais, Jean Albany et l’ adoption du créole comme langue d’écriture et de la musique de l’ile, le maloya. Alain Peters fonde alors un nouveau groupe, Carrousel, au répertoire nourri de rythmes traditionnels et d’influences plus modernes. L’aventure ne durera qu’un an : le décès de son père le précipite un peu plus dans l’alcool . Le groupe se sépare et Alain plonge dans la marginalité .

Usant et abusant de zamal ( l’herbe locale ) et d’alcool, il vit en demi-clochard chantant sa misère et sa profonde tristesse aux hasard des rencontres. Une voix mélancolique, un jeu de guitare très rythmique sur une takamba, petite guitare sahélienne, des textes doux amers chantés en créole caractérisent ses chansons. Quelques enregistrements de cette époque subsistent. On les doit à Jean Marie Pirot,un enseignant passionné qui, en 1981, s’improvise directeur de studio d’enregistrement. Pendant un an, dans son appartement, il a la patience (les séances ne duraient jamais très longtemps) de capturer une dizaine de merveilles – piste après piste, car Péters y joue de tous les instruments. Ce sont ces enregistrements remasterisés avec quelques autres capturés ça et la que l’on retrouve pour la première fois en vinyle.

Il décédera d’une crise cardiaque en 1995 à l’age de 43 ans. "Alain, il est immortel " confie avec simplicité Danyel Waro. "Il a laissé beaucoup de belles choses. C’est une valeur poétique et musicale. C’est quelqu’un que je respecte grandement. C’est un rebelle qui ne pouvait pas s’inscrire dans la réalité. C’était quelqu’un de très commun et hors du commun à la fois. Il chantait sa réalité, son abîme. C’était un vagabond. Il n’a pas d’âge. Je le sais mort depuis longtemps, mais il continue d’être en nous ». - MOI J’CONNAIS RECORDS

LES PYTHONS DE LA FOURNAISE
Le chanteur guitariste réunionnais René Cadet, accompagné par les Pythons de la Fournaise, joue le séga, musique traditionnelle et populaire de l’Océan Indien.

Ce style dansant et syncopé, chanté en créole, fusion des cultures afro-malgache, indienne et occidentale, reste injustement méconnu au-delà des îles qui l’ont vu naître. Les Pythons vous proposent de vous y plonger avec leurs propres versions de ségas 60’s et 70’s, où se côtoient basse, batterie, claviers psychés, écho guitares et instruments traditionnels.

Plus d’infos :
MOI J’CONNAIS RECORDS :
http://www.moijconnais.com/
LES PYTHONS DE LA FOURNAISE :
http://www.lespythons.org/