jeudi
26
octobre
2017

DREW McDOWALL + PASSEUSE DE DISQUE

Concert

JEUDI 26 OCTOBRE – 21h00 (concert 21h30 !)

- ABSOLUTE LEGEND DEEP/POWERFULL DRONE, AMBIENT EBB/FLOW, METALLIC WAVEFORMS, REVERBARATED PERCUSSIONS & MORE…. MASTER SOLO ACT_YEAH ! -

DREW McDOWALL (from Coil & Psychic TV, Écosse)
Synthétiseur Modulaire, Electronics
+
PASSEUSE DE DISQUE :
NuRe OnnA : set spécialement pensé pour l’occasion

Arrivée d’une figure de légende ici, avec la venue de l’écossais Drew McDowall, musicien électronique basé aujourd’hui à Brooklyn, mais ayant grandi à Paisley, une banlieue de Glasgow et qui fut, pendant les années 70, considéré comme l’un des endroits les plus dangereux au monde. Pris par la culture de gang prévalant au sein des paysages urbains industriels dévastés de l’Écosse, McDowall trouve un chemin hors de la violence quotidienne au sein du mouvement punk d’une jeunesse désenchantée et forme en 1978 avec sa femme Rose McDowall, le groupe punk lo-fi The Poems. Ce groupe permet à Drew McDowall de collaborer avec d’autres muscienns et de former des amitiés et collaborations avec des gens tels que Genesis P-Orridge, David Tibet, etc, etc… menant Drew dans les replis de la révolution culturelle expérimentale se produisant en Angleterre à ce moment-là par le biais de groupes tels que Throobing Gristle, Psychic TV ou Current 93.

Durant les tumultueuses années 80, il se retrouve donc au sein du groupe/collectif Psychic TV et commenec à collaborer avec l’arcanique obscur duo de Peter « Sleazy » Christopherson et l’énigmatique John Balance, créant une musique électronique ésotérique et progressive sous le nom-bannière de COIL. C’est durant ces collaborations formatives que McDowall devient un membre à part entière de COIL. L’impact de McDowall sur le son du groupe fut immédiat et remarquable, menant celui-ci des premières signatures pop aventureuses vers une marque/empreinte électronique plus complexe et méthodique et amenant des sujets à la matière abstruse et aux formulations absraites. Drew McDowall fut essentiel à la création des albums cultes du groupe « Time Machines » , « Astral Disaster » et « Music To Play In The Dark », trois des albums/travaux les plus influant de ces 20 dernières années en matière de drone.

S’étant depuis relocalisé à Brooklyn/New York City, Drew McDowall continue son exploration passionnée de drone puissamment méditatif et de motifs sonores abstraits, que ce soit en collaboration avec d’autres musiciens ou en solo. Auteur d’un fabuleusement et profondément prenant dernier disque, « Unnatural Channels » venant de sortir sur le label Dais Records, Drew McDowall continue encore et encore à délivrer son flux/flow ambient si significatif, couplé avec des motifs d’ondes fibreuses métalliques et des percussions réverbérées s’enchevêtrant tout le long du spectre sonore. Le tout avec toujours cette dissection de thèmes/thématiques souterrains et cette exploration de comment appréhender et subséquemment s’engager avec un monde qui émerge de la désintégration de divers terrains mentaux, physiques et émotionnels.

Un haut_personnage/figure absolument essentielle & culte du paysage électronique ambient_dronique_rampant des ces 20 dernières pour une immersion/bain/dérive totale de haute, très très haute tenue & intensité sonore/physique dans notre antre parfaitement souterraine.

Venue magistrale, chance rare et plus que fortement recommandé. Le tout enrubanné comme il se doit par notre passeuse de disque du soir (et fan inconditionnelle du bonhomme), la parfaite NuRe OnnA.
Yeah !

Plus d’infos :
https://drewmcdowall.bandcamp.com/