dimanche
17
novembre
2013

GLENN JONES + C JOYNES + PHIL TAYLER

Concert

CONCERT TEST de PRE-INAUGURATION (#2)

4, RUE DE LA PRAIRIE

DIMANCHE 17 NOVEMBRE – 21h00 (concerts 21h30 !)
- AMERICAN PRIMITIVSM, AVANT-FOLK& MORE GUITAR/BANJO EXTENDED TRADITIONS & MODERNS APPROACH MASTER EXPLORERS -

GLENN JONES (Usa)
guitar & banjo solo
+
C JOYNES (UK)
guitare acoustique solo
+
PHIL TAYLER (UK)
banjo 5 cordes solo

Deuxième soirée-test à la cave12-prairie avant l’inauguration officielle et festive du JEUDI 21 NOVEMBRE, pour voir comment ça sonne, si ça fonctionne plus ou moins bien et tenter de faire les derniers réajustements nécessaire pour nous.

Retour de deux des plus remarquables voix guitaristiques de l’avant-folk actuel. D’un côté la majestueux Glenn Jones, l’un des plus grands et incontestables maître de l’ American Primitive Music (& more...) de ces 30 dernières années, au jeu formidablement expressif et la technique renversante lui conférant un style unique et faisant de lui, en live, un magistral « conteur d’histoire ». C’est accompagné d’un (encore) formidable de richesse et de beauté dernier album solo venant de sortir sur l’incontournable label ricain Thrill Jockey (« My Garden State »), que Glenn Jones débarquera à la cave12 ce soir, avec sous les bras une guitare acoustique ET un banjo, pour un set de évidemment, vu le calibre du personnage, pure poésie-magie hautement transportative et évocatrice, au talent testamentaire et capable de nous faire voyager à travers une immense palette d’émotion au sein d’un même morceau.

Guitariste et banjoïste infini, véritable virtuose du fingerpicking à la technique renversante qu’il met totalement aux services des morceaux de manière incroyablement fluide, (et non l’inverse, soit les morceaux au service de la technique), ses grands écarts vigoureux et audacieux approchent souvent du sublime. Fortes résonances émotionnelles, hypnotique dans son jeu et approche, nuancé, captivant et miroitant, narratif et profond, Glenn Jones, peut passer de la musique du Delta à celle des Appalaches, en passant par un classicisme bâtard et divers paysages cinématiques avec une aisance et une maîtrise confondante.

Gracieux/élégant, subtil et puissant, hautement émotionnel et direct/immédiat, exhubérant et/ou parcimonieux, débordant de joie, de peine et de tout les entre-deux formant le corps même de la vie, Glenn Jones est, tout simplement, un géant du genre et l’un des plus essentiels et formidables guitaristes acoustiques « primitivistes » actuels.

Et en début de soirée, le non moins excellent et également virtuose guitariste anglais C Joynes, que l’on avait aperçu en duo ici avec la chanteuse Stepanie Hladowski pour ce qui fut un moment de pure magie folk-anglais intemporel, pour, cette fois-ci, un set solo, plongeant à la racine même de la guitare acoustique solo à l’état sauvage, non édulcorée, étendant diverses traditions folkloriques anglaises (et autres) vers des explorations hautement personnelles et définitivement contemporaines.

Bref, pour les amateurs, un incontournable et fortement recommandé moment d’exploration acoustique avant-folk, par deux maîtres du genre totalement complémentaires, tissant le lien entre John Fahey (grand ami de Glenn Jones qu’il a assidûment fréquenté), Shirley Collins, Jack Rose, Sir Richard Bishop, Steffen Basho-Junghans, Davey Graham ou encore Josephine Foster.

GLENN JONES

Passionné depuis plus de 30 ans par l’American Primitive Music et les guitaristes acoustiques aux cordes métalliques, Glenn Jones à commencé à jouer de la guitare à l’âge de 14 ans. En 1989, il forme le culte groupe psyché-rock Cul de Sac, menant ce projet pendant 20 ans vers des contrés inconnues, avec neuf albums à leur actif, dont notamment une collaboration avec le Maître John Fahey mais aussi le chanteur de CAN, Damo Suzuki.

En 2004, il sort son premier album solo, This Is the Wind That Blows It Out. Il s’ensuit une tournée européenne mémorable avec l’extraordinaire et bien regretté guitariste Jack Rose. Depuis il a sorti une poignée de magnifiques albums solos, unanimement acclamés par les critiques tout autour du globe, apportant des contributions majeures et hautement personnelles/additionnelles au canon/genre de la guitare solo. En 2009, son album Barbecue Bob in Fishtown, est sélectionné parmi les meilleurs albums de l’année par le magazine anglais The Wire.

C’est avec un nouvel album sous les bras venant de sortir sur l’important label américain Thrill Jockey, " My Garden State", que Glenn Jones redébarquera à la cave12-nomade. Très proche camarade de John Fahey et Robbie Basho, grands maîtres guitaristiques qu’il a longuement fréquenté, Glenn Jones est également devenu une référence littéraire en la matière, écrivant bon nombre de liner notes pour 5 albums sortis par Fahey et bon nombre d’autres essais/textes.

Figure essentielle du langage guitaristique acoustique actuel, il est sans cesse sollicité et joue régulièrement avec des gens tels que Chris Corsano, Steffen Basho-Junghans, Cian Nugent, James Blackshaw, Paul Metzger, Peter Walker, Meg Baird, Harris Newman, MV + EE, Dredd Foole, Tom Carter, Sharron Kraus, etc, etc…

C Joynes
Opérateur guitaristique solitaire, encensé par les critiques spécialisées, le britannique C Joynes explore et expose un répertoire de jeu traversant les continents et les zones temporelles avec une facilité/aisance accomplie et confondante, filant à toute allure avec technique de jeu lumineuse et phénoménale. Ces ré-actualisations et relectures épigrammatiques de mélodies folk non édulcorées et de rythmes/rythmiques d’une immensément large variété de traditions diverses suggèrent une mémoire inconsciente universelle et commune à tous tout en semblant en même temps étrangement hors de portée. Un fabuleux entremêlement de modernisme et de traditions ethniques archaïques, documentés sur 6 très beaux albums solos en plus de ces collaborations régulières avec Shirley Collins, Alasdair Roberts, A Hawk And A Hacksaw, Jack Rose, Josephine Foster, Sunburned Hand Of The Man, Sir Richard Bishop, Steffan Basho-Junghans, etc...

+ LAST MINUTE !
PHIL TAYLER
Et en toute toute dernière minute et tout début de soirée, une apparition de l’excellent "banjoïste" Phil Tyler, nouveau nom acclamé en Angleterre pour son mélange de traditions folks celtiques et d’American Primitive donnant corps à des compositions personnelles virtueusement intriquées. Un nouveau maître des éléments dynamiques et percussifs du banjo 5 cordes, auteur d’un excellent dernier album intitulé "We Sunk The Ship To Get Rid Of The Rats’ sur le label Rif Mountain et un excellent complément à une soirée/dimanche de décidément rêve pour les amateurs de quêtes avant-folk acoustiques de première tenue.

Plus d’infos :

GLENN JONES :
http://www.thrilljockey.com/thrill/Glenn-Jones#.UkrfXbwqAY0

C JOYNES :
http://cjoynes.tumblr.com/
http://cjoynes.bandcamp.com/

PHIL TAYLER :
http://cathandphiltyler.tumblr.com/