dimanche
24
novembre
2013

JACQUES DEMIERRE SOLO

Concert

4, RUE DE LA PRAIRIE
DIMANCHE 24 NOVEMBRE – 21h00 (concert 21h30 !)

- Concert-Vernissage et à l’Origine Même du Langage -

JACQUES DEMIERRE SOLO (ch)
Concert- Vernissage du cd « Breaking Stone » (label Tzadik)
Jacques Demierre : piano, voix.
En conjonction avec le Festival Akouphène

Conçu pour piano et voix, la pièce/composition Breaking Stone , venant de sortir sur le cultissime label de John Zorn Tzadik, réunit pour la première fois le travail instrumental au piano et les expériences langagière de poésie sonore de l’essentiel Jacques Demierre, deux pratiques qui avaient jusqu’alors cheminé indépendamment.
Au plan instrumental, on retrouve dans Breaking Stone ce désir renouvelé de dépasser les limites de l’instrument, de mettre à jour en son corps même tous les sons qui ont constitué progressivement son espace physique et sonore. Au niveau de la parole, c’est la poursuite d’une pratique performative langagière, où espace buccal et corporel sont physiquement mis en jeu à travers un questionnement sur les origines du langage. Dans ce piano, gueule ouverte, on découvre des éléments d’un langage enfoui qui renvoient aux plus anciennes expérimentations qu’ait connues la parole comme à des sonorités d’instruments qu’on croirait tout juste inventés.

Un travail intense dans son exécution et tendu à l’extrême, demandant certainement la plus grande des concentrations pour le performer, et sonnant, nous plongeant, dès le début, à la source même du langage parlé, il y a de cela des milliers d’années en arrière. On pourrait se croire dans quelques déserts mésopatomiens, au peut-être carrefour de quelques articulations sumériennes, akkadiennes, babyloniennes, assyriennes, perses, hébraïques, indo-européennes, grecques, latines, puis germaniques, etc, etc..... voire même avant ça, dans quelques régions hautement primitives de l’Histoire. Bref, un incroyable et totalement fascinant travail sur la voix/langage, ses origines, le tout soutenu par un piano-outil épars, sorte de tablette d’argile expérimentale (ou serait-ce plutôt le miroir/renvoyant influant sur la manière/matière vocale elle-même ?) sur lequel tenterait de se coller/figer/concilier/consolider les différentes manières d’articulations vocales scandées, comme essayant de se fixer en un vocabulaire compréhensible. Ou comme une forme de quête sémantique absolue.

John Zorn lui même ne s’y est pas trompé, ayant décidé de publier ce travail farouchement unique sur son propre label Tzadik. C’est donc cet objet qui sera verni ce soir, avec une interprétation live de Breaking Stone, interprétation qui se voudra certainement concentrée (donc intense) à souhait.

Une réjouissance et un véritable honneur pour nous de présenter ce soir ici un tel travail et objet.

Plus d’infos :
http://www.jacquesdemierre.com/
http://www.jacquesdemierre.com/breakingstonea.html