dimanche
27
avril
2014

JEAN-FRANCOIS LAPORTE + BONNIE JONES/DAFNE VINCENTE-SANDOVAL DUO

Concert

DIMANCHE 27 AVRIL - 21h00 (concerts 21h30 !)

- 2 Sound Quest Acts with Invented Instruments, Focused Bassoon and Open Circuits Manipulations -

JEAN-FRANCOIS LAPORTE (Canada)
"SoundMatters"
FLyingCan, Feedback Analogique & maybe more
+
BONNIE JONES/DAFNE VINCENTE-SANDOVAL DUO (Corée du Sud-Usa/France-Espagne)
Bonnie Jones (Corée du Sud-Usa) : électronique, enregistrements environnementaux
Dafne Vicente-Sandoval (France-Espagne) : basson amplifié

Très belle soirée focalisée en perspective avec d’un côté le magistral inventeur d’instrument et quêteur du sonore qu’est l’artiste-son canadien Jean-François Laporte, fantastique et étonnant/impressionnant créateur d’objets-instruments générant diverses sonorités et envahissant les espaces dans lesquels il performe d’évènements électro-acoustiques et/ou psycho-acoustique riches, denses et passionnants. Et de l’autre côté, un merveilleux duo focalisé féminin, mettant en scène un instrument rare dans un tel contexte (un basson subtilement détourné par la salive et le souffle) et les maîtrisées interventions/manipulations électroniques (principalement des pédales de delay ouvertes et aux circuits électroniques exposés/triturés en direct) pour un captivant résultat sonore fait d’amplitude, de bizutage, de tensions électroacoustiques, rampements/approches sur-retenues par moments, et autres jeux/interactions de fréquences/souffles.

Belle soirée de quête sonore expérimentale en perspective avec un instrumentarium rare, voire des objets inédits.

BONNIE JONES/DAFNE VINCENTE SANDOVAL DUO
Bonnie Jones et Dafne Vicente-Sandoval créent de la musique improvisée en explorant les fluctuations sonores du métal, du bois et des circuits imprimés. Dafne utilise le basson de manière déconstruite et amplifiée, transformant sa sonorité première en un matériau cru, sculpté par le souffle et la salive. Bonnie joue principalement avec des pédales digitales de delay, plaçant ses mains sur leurs circuits pour altérer ou interrompre physiquement le signal électrique. Le résultat est une contradiction fertile, une musique du faire et du laisser faire.

JEAN-FRANCOIS LAPORTE
Artiste québécois, présent sur la scène de l’art contemporain depuis le milieu des années 1990, Jean-François Laporte poursuit une démarche hybride intégrant l’art sonore, la composition musicale, la performance, l’installation ainsi que l’art numérique. Artiste plutôt intuitif, Laporte apprend l’art à travers l’expérimentation concrète de la matière. Formé d’abord à l’Université de Montréal puis à l’IRCAM (2002-03), il construit sa démarche de création sur l’écoute et l’observation active de la réalité de chaque phénomène. Son art est donc le résultat d’un travail de complicité avec le matériau brut, ses gestes créateurs proposant des constructions puisées à même les matériaux abordés. Ces derniers proviennent tant de l’environnement quotidien que des instruments de musique traditionnels ou inventés, sans aucune forme de hiérarchie. Par le fait même, une grande diversité de sources ainsi qu’une singularité indéniable caractérisent son travail.

Depuis presque quinze ans, Jean-François Laporte consacre beaucoup d’énergie au développement et à la fabrication de nouveaux instruments de musique (membrane vibrante, tu-yo, bol, FlyingCan, trompe-sax, FlyingSax, orgue de sirènes) qu’il intègre à ses oeuvres et, depuis 2002, à différents projets multi-disciplinaires (danse contemporaine, vidéo clip, commandes à d’autres artistes, etc). Ces inventions ont mérité au compositeur plusieurs commandes d’oeuvres, au Canada (Radio-Canada, Musée Pointe-à-Callière, Fonderie Darling, Escales Improbables, Quasar/SMCQ) et à l’étranger (HCMF(UK), Radio-France (Paris et MontPellier), IRCAM, Musée d’Arts contemporain de Compostelle, Athenor d’Albi, L’Ososphère, La Muse en Circuit, etc).). Aussi, depuis 1999, l’artiste s’adonne à la recherche, au développement et à la réalisation d’installations visuelles et sonores dotées de contrôles robotisés et informatisés (Orbites, Om, Vibes, Khrônos, Psukhô, Kyokkoufu, Seaquakes, Khôra). Ces installations mettent en scène des sculptures à la fois visuelles et sonores, utilisant la pneumatique, la robotique, la cinétique et la cybernétique comme centre de réflection et comme moyens d’expressions.

Jean-François Laporte a remporté en 2009 son cinquième prix Opus, celui du Facteur d’instrument de l’année. Ce prix, remis par le CQM (Conseil Québécois de la Musique) et la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles), vise à reconnaître la qualité du travail de fabrication et l’importance de l’invention de ces nouveaux instruments. En 2010 Laporte était en résidence artistique pendant six mois à Tokyo (Studio du Québec à Tokyo, (CALQ)). Le compositeur est présentement Doctorant à l’Université de Huddersfield (Angleterre) autour de la question de la Cybernétique en musique.

Les œuvres de Jean-François Laporte sont éditées, entres autres, chez les éditions Babel Scores.

Plus d’infos :
Bonnie Jones :
http://bonniejones.wordpress.com/
Dafne Vincente-Sandoval :
https://soundcloud.com/dafnesandoval
Jean-François Laporte :
http://www.jflaporte.com/