mercredi
23
mai
2012

MANUEL MOTTA + d’incise/rodolphe loubatière + ARLT

Concert

USINE – 11, RUE DE LA COULOUVRENIERE

MERCREDI 23 MAI – 20h30 (concerts 21h00 précises !)
MANUEL MOTA (Portugal)
guitare électrique, feed-back
+
d’incise/rodolphe loubatière (ch)
2x floortom/caisse claire/objets
+
ARLT (France)
Eloïse Decazes : chant
Sing Sing : guitare électrique
Mocke : guitare

en split/conjugaison d’énergie avec Insubordintations et Face Z

Soirée triple-split avec trois propositions par 3 associations cousines

(1 proposition par assoc) pour une soirée défrichage/complémentarité

dans l’esprit du Festival Face Z du Théâtre de l’Usine se déroulant

chaque fin décembre. Une belle manière de se conjuguer musicalement, de

se complémentarisé et de se « re-découvrir » parmi… soirée

surprise/intimiste dans laquelle chaque association débarque avec sa

propre proposition… comme une sorte de cocktail aux ingrédients divers

et une très belle initiative constructive de « rassemblement » des publics

pour passer un agréable mercredi soir de découvertes réciproques.

Parfait dans l’intention, qui plus est dans le très beau cadre du

Théatre de l’Usine.

Avec :

Manuel Mota
Pourfendeur d’un « presque-blues » à partir de notes balancées au plus

profond de la gorge du Vide, Manuel Mota joue des mélodies secrètes et

hermétiques qui touchent au génie, qqpart entre Loren Connors et Derek

Bailey. Une forte personnalité de jeu pour un univers rarement entendu,

combinant psychédélisme de charmeur de serpent, subtiles auras

duveteuses et une attaque de l’instrument avec une approche qui

repense/redéfinit entièrement l’univers de la six-cordes.
Hautes-tensions silencieuses, magnifiques lignes de guitares

abandonnées/délaissées, mélodies bizarres et rugueuses, flottilles de

cordes tachées de salissures hantées par le spectre d’un country blues

totalement fracturé, renversé, apparaissant/disparaissant sans cesse. Le

tout avec, encore une fois, un poignant usage du silence en toile de

fond constante qui élève chaque piqûre-épingle des tons et des

harmoniques chantantes.

Il joue régulièrement avec des projets ou personnages-clés de la scène

expérimentale tels que osso exótico, lee ranaldo, sonic youth, noel akchoté, toshimaru nakamura, jason khan, margarida garcia, etc… et son approche hautement personnelle a été autant acceptée par les publics du rock expérimental, des galeries d’art que celui du jazz hardcore et de la scène improvisée.
(cave12)

d’incise/loubatière duo
duo/doublé acoustique, minimaliste et usant fortement de répétitions et

d’insistances obtuses sur certain sons, en particulier résonnants,

favorisant la lenteur et un étirement maximum de la forme.
(Insubordinations)

ARLT
Remarqué lors de leur passage au festival Face F en première partie de

Kymia Dawson, Arlt est de retour au Théâtre de l’Usine.

Arlt, c’est Eloïse Decazes et Sing Sing. Elle est chanteuse. Une

gestuelle inséparable de ses mots, une performeuse hors du commun à la

présence empreinte de mysticisme. Il est guitariste électrique et

électrifié, chanteur grave et décavé. Leur première œuvre publiée en

novembre 2010 avait pour nom La Langue. Un beau nom pour un album

magnifique qui aurait aussi pu s’appeler la bouche, la peau, les cordes

vocales et les cordes sensibles, le sang ou les os. L’âme aussi.

Tant de simplicité émeut. Tant d’épure secoue. Un peu Brigitte Fontaine

sous lithium, un peu Velvet Underground dans la texture.

Les mots du duo prennent leur source vive dans le vieux blues, les

ritournelles chamaniques, la poésie des fous, l’art brut et les

comptines pour enfants. Feu la Figure, leur deuxième album fraîchement

sorti, s’apparente ainsi à un conte sur la folie fait d’inquiétude et de

joie mêlées, un voyage au bout de la nuit où les fous et les morts

prennent la parole. Feu la figure est un recueil de berceuses en roc

dont les visions vous hantent, un disque tellement brut et sauvage qu’il

vous fera tomber amoureux de la mousse des arbres. Ici, l’amour est fou,

l’eau est claire, l’animal est mal. L’œuvre d’une union sacrée. Une

figure libre où rien n’est imposé. Le fruit d’un amour fou, de l’amour feu.
(face Z)

Plus d’infos :
MANUEL MOTA : http://www.myspace.com/manuelmota
D’INCISE : http://www.dincise.net/
RODOLPHE LOUBATIERE : http://rodolpheloubatiere.blogspot.com/
ARLT : www.myspace.com/arltmusic