jeudi
19
novembre
2009

OORUTAICHI (Japon)

Concert

La cave12 à l’ECURIE (#129)

ILÔT 13 – 14, RUE DE MONTBRILLANT
JEUDI 19 NOVEMBRE – 21h00 (concert 21h30 !)

OORUTAICHI (Japon)
Taichi Moriguchi : Folklore imaginaire et électronique

Génial « inventeur » d’une musique éclantante et rapidement accrocheuse par son originalité sans pareille, le frappadingue japonais Oorutaichi (alias Taichi Moriguchi) veut produire, avec son folklore électronique en provenance d’un pays imaginaire, une musique que personne n’a jamais entendue. Et ma foi, il y réussit excellemment bien. Univers étrange, alliant chorus écrits dans une langue inventée et boucles électroniques inspirées, Oorutaichi nous entraîne vers des terres inexplorées et un genre pop pratiquement jamais entendu auparavant. Il compose une musique à la dérive ou s’entremêlement rayons électriques, percussions expertes et mélopées magiques. Résolument pop, la musique de Oorutaichi est exaltée. Des titres comme Beshaby ou Jimaji pourraient avoir été composés sur le bord d’un volcan. Sur scène, Oorutaichi n’est pas rivé à ses machines, mais chante avec elles dans un déluge de couleurs extravagantes.

Un peu influencé par l’esthétique bizarre de groupes japonais du milieu des années 1990 comme Unicorn et Kinniku Shoujo Tai, Oorutaichi commence en 1999 à bricoler sur son enregistreur 4 pistes à cassettes en empilant des couches sonores improvisées et sort son premier album intitulé «  ? ». La découverte du reggae dancehall un peu plus tard est une révélation. Il se met alors à la programmation et change complètement son mode de composition. Depuis, Oorutaichi absorbe les bribes de musique qu’il découvre sur son chemin pour les intégrer dans ses compositions électroniques ethno-futuristes.

Oorutaichi est un projet solo, mais il collabore avec ses amis pour explorer librement d’autres directions musicales. D’abord Urichipangoon, à quatre, avec Ytamo, Muneomi Senju (ex-batteur des Boredoms) et Naoko Kamei pour une musique pop folk colorée, plus posée que Oorutaichi et un peu plus progressive. Obakejaa, un duo louftingue et improvisé à la maison avec DJ Shabu Shabu. Et enfin Berebo, légèrement plus expérimental, avec le guitariste Taku Hannoda. Oorutaichi produit également de somptueux remixes et développe son propre label, indépendant et artisanal, Okimi Records, sur lequel il sort généralement ses disques.

Avec des influences déclarées mais trop éclatées pour être réellement signifiantes (The Residents, The Doors, T.Rex ou Aphex Twin), Oorutaichi semble voguer dans le même univers électronique chantant et coloré d’artistes internationaux en vogue comme Panda Bear, El Guincho ou Lucky Dragons. Originaire d’Osaka, la musique de Oorutaichi va déjà au-delà des frontières. Ses deux disques intitulés Yori YoYo et Drifting My Floklore, sortis respectivement en 2003 et 2007, ont tous les deux reçu un très bon accueil de la part des critiques (Pitchfork,The Wire, BBC Radio.) Il ouvre d’ailleurs pour le concert de Juana Molina aux USA en 2009. Oorutaichi, très actif sur la scène japonaise, est clairement en passe de devenir un artiste de stature internationale.

Incomparablement original, jouissif dans le genre et résolument avant-pop-ludique et excentrique.

Plus d’infos :
http://www.sonore.com/oorutaichi/