dimanche
15
mai
2016

OREN AMBARCHI + MARK FELL + CRYS COLE + PASSEUSE DE DISQUES

Concert

DIMANCHE 15 MAI – 21h00 (concerts 21h30 !)

- MAJOR/OVER THE TOP DEEP & SUPERB TENSE SOUND DRIFTING EXPLORATIONS FIGURE SOLO ACT + MAJOR/OVER THE TOP COMPLEX & EVOLVING DIGITAL RHYTHM STRUCTURES EXPLORATIONS SOLO ACT + SUBTLE MICROSOUNDS DECLINAISON SOLO ACT -

OREN AMBARCHI SOLO (Australie)
Guitare, traitements électroniques
+
MARK FELL (UK)
“Microtemporal Works”
Laptop
+
CRYS COLE SOLO (Canada)
Electronics, manipulations
+
PASSEUSE DE DISQUES :
Marie Jeanson : set spécialement pensé pour l’occasion

Excellent dimanche de pointe en perspective ici avec deux incontournables/essentielles personnalités de l’avant-garde musicale international actuelle.

Affiche de haute-classe/tenue et, pour les amateurs, hautement recommandé.

OREN AMABARCHI
Figure majeure de la scène expérimentale/avant-gardiste musicale internationale actuelle, l’australien OREN AMBARCHI est devenu au fil des années un terrassant acteur/collaborateur/performeur protéiforme , à la production discographique hallucinante, enchaînant collaborations et enregistrements après collaborations et enregistrements à un rythme frénétique/effréné/pléthorique tout bonnement fracassant. Il n’y a pas un mois sans que sortent des nouvelles productions du Monsieur, ceci avec une qualité/rigueur de première envergure, sur une infinité de labels-phares de l’exploration musicale actuelle (Touch, Southern Lord, Editions Mego, Drag City, Kranky, etc, etc… pour n’en citer que quelques uns) et unanimement salués par la presse spécialisée.

Au-delà de ces multiples et formidables collaborations avec absolument tout ce que la scène musicale avant-gardiste actuelle compte comme personnalités (cf. sa discographie monumentale), le travail solo d’Oren Ambarchi est une formidable œuvre/exploration en soit. Ce soir, c’est en solo qu’OREN AMBARCHI sera présent avec une chance peut-être de plus en plus rare de se confronter à son aspect/travail le plus personnel et donnant certainement corps à un englobant et captivant voyage sonore.

Mêlant différentes écoles/influences au sein d’un travail formidablement tendu, OREN AMBARCHI appose des formes compositionnelles étendues au milieu des fissures résidant quelque part entre les traitements électroniques les plus actuels, l’improvisation laminale, le minimalisme, le songwriting étouffé et pensif, les suspensions temporelles et trompeusement simples à la Morton Feldman et/ou Alvin Lucier, la physicalité du rock, mais un rock ralenti et dénudé jusqu’à l’os, abstrait et ne devenant plus qu’un pur signal.

Un travail/œuvre passionnant et dans le genre magistral, emplit d’une infinité de sensibilités diverses, entre textures fragiles comme la lumière ou l’air et murs de basses superbement profondes et secouantes. Un travail solo décliné sur d’excellents enregistrements faisant l’unanimité.

Une venue solo rare, hautement recommandée et l’un des plus importants musiciens de la scène expérimentale/avant-gardiste internationale actuelle. Yes !

MARK FELL
Figure hautement acclamée de la scène électronique expérimentale internationale, et l’une des moitiés se cachant derrière le ô combien influent duo de glitch-electronics snd (avec des albums clés sortis sur des labels tels que Milles Plateaux, Raster-Noton ou encore leur propre label snd) et s’étant en son temps situé à la pointe du nouveau « minimalisme digital », combinant en pionniers les approches linéaires d’un Ryoji Ikeda ou d’un Oval avec les géométries rythmiques d’artistes technos tels que Thomas Brinkmann ou Derrick May. Une approche orfévrique-origamique ayant passablement marqué son temps, y laissant une empreinte durablement marquante/conséquente.

Depuis 2010 cependant, Mark Fell se focalise sur un travail essentiellement solo, ayant sorti pas moins de 4 enregistrements solos majeurs entre 2010 et 2013 sur des labels essentiels-cultes tels que Editions Mego, PAN, Alku et encore Raster-Noton, continuant ses passionnantes et formidablement précises investigations d’une techno majestueusement transformative, avec tout ce que cela comporte de pièges. Électronique angulaire, patterns technoïdes emplis de beauté algo-rythmiques, background clairement electronica et techno mêlés à des approches de composition digitales mathématiques, influences de musique non occidentales explorant une diversité de timing et de systèmes d’accordages non familiers, motifs rythmiques superposés avec un flair aigü et des touches funk et sensuelles s’adressant tout autant au corps qu’au cerveau et à l’imagination.

Véritable Maître-à-penser de l’outil musical/sonore digital, œuvrant autant des le champs des installations sonores que donnant un nombre considérable de conférences en la matière, primé des plus prestigieux prix en la matière (Mention d’Honneur au Ars Electronica, Quartz Award pour sa contribution à la recherche musicale digitale, etc... ), Mark Fell reste, en live, passablement imprévisible, mélangeant ses bagages electronica, house et technos à des structures temporelles inusuelles pouvant tendre à l’abstraction la plus complète ou alors affirmant de manière appuyée son amour de l’electronica-techno-clubbing plus « classique », capable de jouer autant dans des super-clubs tels le Berghain berlinois que des Centre d’Arts Contemporains pour ces approches plus abstraites.

Ce soir, cependant, Mark Fell se focalisera sur ses compositions récentes les plus abstraites et à la beauté radicalement austère, ce qu’il appelle ses « microtemporal works », (tels son Multistability sorti en 2010 sur raster-noton ou encore « Manitutshu » ou « Periodic orbits... » sur Editions Mego), véritables tourbillons algorithmiques, genre de code morse hyper-actif, trituré de glissements et autres détraquement métalliques, le tout formant une sorte de digital funk totalement dénudé, parcimonieux-orfévrique et demandant la plus grande attention d’écoute. Son aspect le plus audacieux et radical/pointu dans la forme, porté aux nues par les critiques spécialisés et des musiciens de tout bord (Oren Ambarchi, Florian Hecker, Keith Fullerton Whitman, etc…) et un fascinant et excellent travail sans aucune forme de compromis.

L’un des grands maîtres à penser de la musique digitale actuelle.
"Best live set I’ve heard in ages" Oren Ambarchi

CRYS COLE
Et en première partie, un court set du également fascinant travail de l’artiste sonore canadienne Crys Cole, tournant avec Oren Ambarchi et délivreuse d’un prenant et subtil univers sonore, guidé par la fascination pour les événements microsoniques testant la limite de l’audible. En attirant l’attention de l’oreille vers des environnements soniques aux textures et délicatesses minimales, Crys Cole crée des situations/trames sonores où l’écoute active est minutieusement sollicitée, plongeant l’auditeur dans des prises de conscience de non seulement les sons générés par elle, mais des sons de l’environnement/salle dans lequel elle joue et idéalement, de la perception de l’audituer lui-même en tant que corps et agent de perception.

Une belle entrée en matière avant le set de Monsieur Oren Ambarchi et le tout enrubanné par notre passeuse de disque du soir, Marie Jeanson et un set tout spécialement pensé pour l’occasion.

Plus d’infos :
OREN AMBARCHI :
http://www.orenambarchi.com/

MARK FELL :
http://www.markfell.com/wiki/

CRYS COLE :
http://cryscole.com/


Autres concerts de Oren Ambarchi à la cave12: