dimanche
10
février
2013

ZOOR + HYPERBANG

Concert

La cave12 à l’ECURIE (#314)

ILÔT 13 - 14, RUE DE MONTBRILLANT

DIMANCHE 10 FEVRIER - 21h00 (concert 21h30 !)
- 2 new french sound & images experiment-quest projects -
ZOOR (France)
Bertrand Denzler : saxophone ténor
Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique
Antonin Gerbal : batterie
+
HYPERBANG (France)
Performance cinéma / lumière / son
Gaëlle Rouard : Projecteurs & Films 16 mm

David Chiesa : Cadre de Piano & Basse électrique

Christophe Cardoen : Lumières & Optiques

Plongée en deux temps dans les méandres de l’expérimentation sonore ET visuelle française, avec deux nouveaux projets menés par des incessants aguerris-activistes depuis bon nombre d’année de la scène expérimentale hexagonale, avec, d’un côté, HYPERBANG un dense et hypnotique plongée audiovisuelle, au cœur de la matière sonore et de l’image, avec une configuration excitante mêlant projecteurs et films 16 mm, lumières, optiques, cadre de piano et basse électrique, le tout entremêlé dans un magma sensoriel auditif et oculaire primitif et, évidemment dans le noir complet. Une expérience de belle réjouissance immersive/immersion ici, se situant volontairement aux origines de l’art cinétique, nous plaçant au centre de celui-ci et se vivant pleinement en situation LIVE ! Et ils nous préviennent : ça joue plutôt FORT. Yes !

De l’autre côté, nouveau trio mené par Bernard Denzler, cet infatigable fascinant/orfèvrique/discret et insatiable quêteur du saxophone, hautement critique avec lui-même et l’instrument et se remettant sans cesse en question. Un immense musicien en mouvement-recherche constante, refusant de s’appuyer sur toute forme d’appui/acquis et qui débarque donc ce soir avec un nouvel assemblage/trio, ZOOR. Un long déroulement quasi-dronique, primitif et abstrait, chaud et organique, se suspendant dans l’air, créant un tendu espace sonore, peuplé de sons sans âge, de fragments non identifiés, de traits, de points et de structures inutiles. Insaisissable et protéiforme, le trio tâtonne, scrute et fouille générant une tension secrète et continue, sans attente et au calme tremblant, au flux/rythme souterrain, enfilage/osmose/friction de sons "dérepértoriés-primaux", pour une prenante méta-musique discursive, sans artifice, dépouillée, où le temps coule sans but apparent, et de nouveau : sans attende/but déterministe.

Approche radicale dans sa retenue et son non-volontarisme, mais qui englobe par son "instinctivisme" et un hypnotisme latent/lancinant/sous-terrain et remplit, sans imposition et de manière presque évidente, l’espace et l’oreille.

Une belle approche ténue et fragile et une nouvelle quête aux limites du "il ne se passe rien et de son écho" du fascinant Bertrand Denzler. Apaisant, décharné et au flux/propagation fantomatique formidablement tendu.

Ordre de passage non-défini.

HYPERBANG
Gaëlle Rouard et Christophe Cardoen scandent de concert l’une des images argentiques, l’autre de la lumière, aux commandes d’une machine de sa fabrication qui hache le rayon mieux qu’un stroboscope. Et comme on parle de mettre en morceau : David Chiesa heurte et frictionne des cordes amplifiées…
Une fiction qui tâte des origines et des chaos, les événements sonores assouvis de lumière pendant le lent travail de la transformation, des couleurs de lumières crues avalent l’image et quelques alpinistes. Le rythme s’accélère, les lumières et les sons s’épaississent, éblouissent, l’intrigue se fait insaisissable. Les personnages se débattent dans une matière plus dense, hypnotique… Et comme la scolopendre et le céphalopode (un représentant attardé des moeurs antiques) : ça se bouscule pour vivre et ça palpite d’exister, sans kilowatts superflus, aux origines de l’art cinétique, avec du photon, de la chimie et du son.

Plus d’infos :
ZOOR :
http://www.inversus-doxa.fr/-Zoor-
http://bdenzler.free.fr/
http://www.inversus-doxa.fr/-Jean-Sebastien-Mariage-

http://www.umlautrecords.com/person/antoningerbal

HYPERBANG :
http://www.nova-cinema.org/spip.php?article10353