lundi
22
septembre
2008

LSD MARCH + IGNATZ

Concert

La cave12 au KAB (#10)

USINE – 4, PLACE DES VOLONTAIRES

!2 CONCERTS!

LSD MARCH (JAPON)
Shinsuke Michishita: voix et guitare
Masami Kawaguchi: Basse
Ikuro Takahashi: batterie
+
IGNATZ (BELGIQUE)
guitares, cassettes, électroniques, voix

En co-prod avec le KAB

Deux excellents actes d’explorations/explosions rock-psychés-incantations-post-blues, aux démarches diamétralement différentes pour un résultat final emballant.
Un excellent trio japonais, LSD MARCH, entre mélancolisme noir acerbé et explosions de rock super sale et sauvage qui nous avait laissé sans voix à la cave12 lors d’un concert en 2006.
Intense et Unique, à la Japonaise.
Et IGNATZ, nouveau héros belge « crooner fragile » d’ambiance pré-post blues d’avant-guerre aux relents Appalaches revu et corrigé aux temps d’aujourd’hui. Fantomatique et Habité.
Prenant-Sombre-Lundi-Lunaire en perspective pour vols planés agités et crashs contrôlés.

LSD MARCH
LSD March a été fondé en 1996 par Shinsuke Michishita, Makoto Inoue(Eddie Marcon) et Kohei Michishita quelque part dans l’Ouest du Japon. Depuis, LSD MARCH a entamé tournées internationales sur tournées internationale laissant des traces indélébiles sur son passage, avec son mélange de psychédélisme « romantique noir oblique » et sa sombre intensité japonaise. Ils ont désormais 7 albums à leur actifs et on se souvient ici d’un passage extrêmement marqué à la cave12 en 2006 qui en laissa plus d’un (dont nous) sans voix.
A prendre sans modérations !

Plus d’infos :
http://d.hatena.ne.jp/Michishita/

IGNATZ
IGNATZ est l’alter ego de l’artiste Bram Devens basé à Bruxelles. Des chansons acoustiques emballées avec des effets et conduites par des improvisations et de la spontanéité. On avait déjà reçu Ignatz ici et il semble bien prêt à continuer sa route au travers d’ambiances Appalaches de l’an 2050. Etonnant « rootsfolk », mais joué par une créature perdue et naïve, entre chants, paroles parlées, effets et une musique se construisant autour de ses éléments. Son travail solo va bien au au-delà de ses autres collaborations (notamment avec la culte famille de Sunburned Hand Of The Man). Si Lou Reed avait fertilisé Cthulhu en 1966, il aurait maintenant un peti fils appelé Ignatz. Les mots « neufs » et « bizarres » peuvent sans aucun doute être ici utilisé à leurs justes valeurs. Ignatz est certainement quelqu’un de talent et le future de la Belgique Bizarre !
Qu’on se le dise…

« Des transmissions musicales extraterrestres interceptées utilisant un vieux victrola et joué en retour par un vieil homme fou, assis sous son porche, juste armé d’une guitare acoustique, d’une pile de vieux cylindres auditifs foutus et un immense stock de pédales à effets cassées et rouillées… si sacrément parfait ! »
(Aquarius Records)

Plus d’infos :
http://www.ignatz.be/