dimanche
23
septembre
2012

FIIUM SHAARRK / ANGELICA CASTELLO

Concert

ILÔT 13 – 14, RUE DE MONTBRILLANT

DIMANCHE 23 SEPTEMBRE – 21h00 (concerts 21h30 !)
– 2 avant-electronics/electroacoustics concerts –

FIIUM SHAARRK (Uk/Autriche)

Rudi Fischerlehner (Autriche) : batterie

Isambard Khroustaliov (Uk) : électronique

Maurizio Ravalico (Uk) : électronique

+

ANGELICA CASTELLO (Mexique)

Flûte contrebasse, électronique, distorsions, jouets bon marché, feedbacks, voix.

FIIUM SHAARRK est une nouvelle bête tricéphale unissant les formidables habiletés/savoir-faire et les bagages improbablement diversifiés de deux batteurs-percussionnistes et un électronicien aguerris autant à l’improvisation/expérimentation qu’au groove « dance-floor ».

Alternant librement entre un puzzle de grooves proto-dance non-retenus, la luxuriante austérité de la musique composée percussive du 20ième siècle et le paysage fertile de la musique électronique live, FIIUM SHAARRK délivre un univers qui est à la fois viscéral, cérébral et visionnaire… par moments, joyeusement naïf, à d’autres moments, virtuose et minutieusement scientifique.

Auteur d’un prenant et par moment facétieusement déroutant premier cd (« No Fiction » sur le label anglais Not Applicable), FIIUM SHAARRK tisse son étrange univers de « déconstruction proto-groove » en s’inspirant de déploiements/influences fortement divers : de Tortoise à King Crimson, en passant par Max Roach, Napalm Death, Autechre, Xenakis, le Dubstep ou encore le Maracatu (rituel du Nord-est brésilien). Influences que l’on retrouve subrepticement nichées et subtilement « clashées » ensemble au sein de leur musique exploratoire aussi irraisonnable qu’assumée et s’adressant de manière allègre et réussie à tout public ouvert et curieux.

Et en première partie, le très bon travail de la Mexicaine Angelica Castello, « exilée » à Vienne depuis 1999 où elle a fricoté avec toute la scène avant-gardiste et expérimentale viennoise puis internationale (de Phill Niblock à John Butcher, en passant par Okkyung Lee, Burkhard Stangl, Billy Roisz, Dieb13, etc..)…

En solo, Angelica Castello délivre un densément prenant et profondément évocateur univers sonore, faits de collages/juxtapositions d’une puissante sensibilité, à partir de son impressionnant et imposant instrument de prédilection, un Recorder Paetzold (une flûte géante et passablement rare dans un contexte expérimental), affilié à des sonorités électroniques abruptes, bruissantes/bruyantes/trash, des enregistrements de terrains, des « sons trouvés », du travail de bandes/cassettes, des visuels « made in china », etc… Le tout pour un résultat aussi envoutant qu’imagé, provoquant émotions fortes/réminiscences/pensées propres à chaque auditeur.

Un réussi et captivant bestiaire musical et sonore, planant entre les pôles de l’improvisation contemporaine, de la musique électronique, de l’électro-acoustique etc… situant fermement Angelica parmi les pionniers viennois des années 90. Peintures sonores aux multiples strates, complexes ; surfaces rugueuses sous lesquelles se tapit quelque chose de bien concret, soit des sons pleins de chaleur, de tendresse poétique et de fragilité émouvante.

Plus d’infos :

FIIUM SHAARRK :

http://www.fiium-shaarrk.com/

ANGELICA CASTELLO :

http://castello.klingt.org/