mardi
28
octobre
2014

LA MORTE YOUNG + MESA OF THE LOST WOMEN feat. JUNKO + FEMME

Concert

MARDI 28 OCTOBRE - 21h00 (concerts 21h30 précises !!!)

- 99% Total Crazy Intense French Undergroud Noise-No-Rock-Drone-Psych-Dirty-Electronics-Chaos Acts with 1% ABSOLUTE CULT JAPAN SCREAM SUPER_SCARY_QUEEN !!!! -

LA MORTE YOUNG (France)
Pierre Faure : Guitare
Eric Lombaert : Batterie
Christian Malfray : Synthétiseur modulaire
Thierry Monnier : Guitare
Joelle Vinciarelli : Basse, voix
+
MESA OF THE LOST WOMEN feat. JUNKO (France / Japon)
Junko (Japon) : voix
Yves Botz (France) : guitare
Christophe Sorro (France) : batterie
+
FEMME (France)
Arno Bruil (from France Sauvage) : machines
Fusiller (from Opéra Mort, Reines D’Angleterre) : machines
+
JO
Passeuse de disques/son spécialement pensés pour l’occasion

Formidable dense soirée ici encore, avec 3 actes/concerts provenant du sur-bouillonant underground expérimental français actuel, une passeuse de disque surprise (JO-JO-JO-yeah !, certains savent qui sait) et la Reine Cultissime de la stridence hurlée japonaise, Madame HOJOKAIDAN, la nommée JUNKO , en chaos-situation-total avec les tarés/assassins de la déconstruction totale que sont les français de MESA OF THE LOST WOMAN.

Bref, une excellente plongée de ce qui se fait de mieux dans les sous-terrains chaotiques de l’Hexagone, avec les fabuleusement bien nommés LA MORTE YOUNG et le tout nouveau duo FEMME (avec un membre de France Sauvage et un membre de Opéra Mort et de Reines d’Angleterre).

Soirée-déflagrations électriques, électroniques rampantes, brisages musicaux totaux et éructions bruyantes/brutales/noises sans compromis. Dans le genre, superbe foutoir effervescent et sérieux, extrêmement recommandé !!!!

Ordre de passage non défini !

LA MORTE YOUNG
Collectif/groupe au patronyme insensé pour qui ne lit pas à la lettre près - LA MORTE YOUNG intègre en son line-up divers duos déjà existant (Sun Stabbed, Nappe, Talweg) pour générer de hauts et particulièrement denses échanges alchimiques, empruntant passablement au Noise/Bruit et à ses déflagrations, étirant le tout en un psychédélisme vicié et obsédant, rempli de guitares canalisant une voix hurlée, rauque et gutturale. Déambulant avec délectation dans des murs de bruit et autres sculptures de feedback, empilant avec un plaisir non dissimulé d’immenses strates abrasives et de désolations hantées, La Morte Young délivre une sorte de hyper-free ou free-metal de pur régal, empli de tensions électriques swingantes et de grooves décalés majestueux, le tout lorgnant dangereusement et avec réussite vers certaines plages des immenses Dead C. La Morte Young a sorti un excellent disque témoin éponyme sur le label dysmusie, porté aux nues par les critiques spécialisés.

Hautement recommandé et sinon, comme ils le disent eux-mêmes… ils feront selon l’humeur ! Yeah !

MESA OF THE LOST WOMAN featuring JUNKO
Sorte de combo survival free noise, MESA OF THE LOST WOMEN convole régulièrement avec les plus free spirits de passage : Masayoshi Urabe, Jac Berrocal et le plus souvent possible JUNKO scream queen de légende (HIJOKAIDAN). Ce sera le cas ce soir pour une session de puissance libertaire à couper le souffle (c’est le cas de le dire avec JUNKO dans les parages) avec guitare électrifiée et drums-électrochocs dérivant vers une épilepsie lubrique ou rébellion totale des formes, sorte de accès ultime à la liberté totale, avec donc ce chant/cri/hurlement/vois unique au monde de cette Reine de Légende qu’est Junko. Une ardeur et odeur de chaos salopée, avec cette succube violente catapultée loin très loin de tout nanar boiteux et un résultat effrayamment dévastateur qui n’est pas sans rappeler les pires moments anarchiques de Harry Pussy.

Et à propos de JUNKO :

"Cri incarné dans ce corps de femme fragile se tenant devant nous… Cris, hurlements, voix expulsée hors, dans la nuit et le brouillard du noise. Scène d’un film d’horreur monté en boucle, bouche ouverte emplissant le cadre, long cri - cut - noir. Non diva hystérique dévidant une histoire de l’innommable ; d’innommables monstres ont du peupler les cauchemars de son enfance, sinon pourquoi ces cris ?
Une putain de poésie de l’écart, du coté des vocalisations orgasmiques de Yoko Ono, des glossolalies menstruelles de Diamanda Galas, de la négritude sexuelle de Linda Sharrock. Pour le coup de la free music, chant totalement libre débarrassée de la ritournelle, à l’auditeur de s’y coltiner, libre d’écouter « ça ». Le « ça » des psychanalystes, de l’éros trouble, la langue trouée du corps pornographique. Il faut pas mal de perversité pour s’y soumettre. Bande son improbable pour un film porno qui serait du cinéma renversé, des images noires. Il y a de la terreur à écouter cette voix ou appelez ça de la beauté. D’autant que cette voix se donne dans une belle confusion, entre plaisir et souffrance, espace indiscernable pour l’homme qui se couche sur une femme. Jaillissement paroxystique effrayant. Tremblements dans la voix, dyslexique, monstrueuse, montant dans des aigus inhumains, tenus aux seuils de la souffrance auditive, presque sans fin. Son chant comme machine désirante reconstruisant de l’indicible, donc de la terreur. Chant du corps jouissant ou souffrant. 
Junko a fait du cri un poème qui a la vitesse des particules de l’atome et son effroi, pulvérisant le mot et le sens. Hop ! libérés de la chaîne sémiotique, surgissement d’un corps sans organe dans le petit monde de la musique, imaginez la terreur du voisinage, et si c’était vrai, que ce cri nous appelait. Est-ce que vous avez entendu ?
" _ Michel Henritzi

FEMME
Tout nouveau duo, composé de Arno Bruil (membre de France Sauvage) et de Fusiller (membre d’Opéra Mort et de Reines d’Angleterre), FEMME célèbre l’électricité à coups de séquences asynchrones et de générateurs plus ou moins obéissants.

La forêt vierge ou dépouillée en fonction des caprices des machines.

Le crépitement des circuits intégrés.

Anti-dance total.

Introspectif ou l’inverse.

FEMME hommage à la nature du futur.

Celle où vos animaux de compagnies sont éternels.

— -

Bref, YEAH DE FUCKING SOIREE EN PERSPECTIVE !!!!!

Plus d’infos :
LA MORTE YOUNG :
http://dysmusie.com/2.html
MESA OF THE LOST WOMAN :
http://mesaofthelostwomen.blogspot.ch/
JUNKO :
http://thequietus.com/articles/13204-zola-jesus-favourite-albums?page=2
FEMME :
https://soundcloud.com/tanzprocesz/femme-b1-from-le-codex-animal
ARNO BRUIL :
http://arnobruil.org/
FUSILLER :
http://tanzprocesz.free.fr/fusiller.htm


Autres concerts de Fusiller à la cave12: