lundi
18
janvier
2010

GARY WAR (Usa)

Concert

La cave12 au KAB (#43)

USINE – 4, PLACE DES VOLONTAIRES

LUNDI 18 JANVIER – 21h00 (concert 21h30 !)
GARY WAR (Usa)
« Pop/Noise-Noise/Pop »
Gary War & band : voix, effets, électroniques, synthétiseurs analogiques, guitare, basse, drum-beat, nappes, noise, pop etc, etc, etc…

GARY WAR est le projet formidablement et volontairement obscur/intraçable d’un cerveau claustrophobiquement cold-pop ricain (Phil Gone) , basé à New-York, et auteur de quelques galettes difficilement trouvables, dont un dernier disque - « Horribles Parade » - encensé par un magazine comme le Wire, comme étant un exploit de pop non standardisée, lorgnant avec une réussite totale vers un low-fi assumé et noisy à souhait, saturant volontairement et de manière complexément riche des chorus et beat accrocheurs en les recouvrant d’extraordinaires jaillissements fondus de synthés analogiques et d’une soupe de chromes vicieux. Une voix traitée de manière égale, pervertie par une batterie d’effets et lui conférant un corps de gazoullis-alien pataugeant/clapotant, complétant parfaitement les atmosphères soniques instrumentales, avec une nuance d’une telle justesse qu’il est parfois difficile de distinguer la voix des parties instrumentales. Il y a également des rythmes qui émergent, comme des bâtons d’allumettes piégés dans une pâte visqueuse.

Mais attention… la musique de Gary War sait rester foncièrement accrocheuse. Il utilise toutes ses textures avec une grande intelligence, couvrant un très large éventail de terrain stylistique. Arabic-pop, ska, field recordings, ambient, rythmiques joyeuses, etc… mais encore une fois, le tout tellement entremêlé et à un même niveau qu’il est préférable d’être extrêmement attentif pour discerner la richesse des « couches-masses fondantes » de Gary War.

Une approche pop, certes, affirmée, mais résolument labyrinthesque, désireux d’abattre les codes formels du genre, enchevêtrant tout azymut, les refrains, les chorus, les solos, les couplets, las ambiances, les genres, etc…

Une pop résolument expérimentale, avec un esprit d’une justesse « Kraut » indéniable. On sent un réel héritage habité de la part de Gary War. Ou, pour parler « plus récent » : comme un Ariel Pink ayant fusionné avec Black Dice, ne formant plus qu’un seul être, à la vision résolument et incorruptiblement excentrique pour une pop définitivement non faite pour la radio ou MTV. Ou comme une pop nécessitant des sous-titres.
Obscur et pourtant, sur disque en tout cas, tellement bon !

« De la pop pour les fans de musiques expérimentales. « Horribles Parade » est le statement vif/audacieux et affirmé d’une vision incroyablement excentrique, une repensée complète des prémisses de l’écriture pop ». The Wire

Plus d’infos :
http://www.myspace.com/garywargarywar