dimanche
14
février
2021

ANNULÉ: BÉGAYER QUINTET

Concert

ANNULÉ POUR CAUSE DE CONFINEMENT!
DIMANCHE 14 FEVRIER – 21h00 tapantes!!! (Concert 21h00 tapantes!!!)

– CRAZY_EXCITING NO BEGINNING/NO END LOOOOOONG & INFINITE TOTAL_UNUSUAL INSTRUMENTARIUM LIVE LOOPS & PATTERNS QUADRIPHONY EXPLORATIONS_RITUAL_INTOXICATING_TRIP FRENCH « NEW » QUINTET_Yé! –

BÉGAYER QUINTET (France)
« ÉVOHÉ BÈGUE »

Loup Uberto : voix, luths, begena, cornemuses
Alexis Vinéïs : batterie, percussions (sati, qraqeb, gardon)
Lucas Ravinale : voix, begena, tamburelli, objets sonores
Jean-Philippe Curtelin : batterie, percussions (surdo, sati, qraqeb, gardon)
Etienne Foyer : son, perche, spatialisation

ANNULÉ POUR CAUSE DE CONFINEMENT!

Très très très excitant projet, s’inscrivant dans la durée et n’ayant ni vraiment de début ni vraiment de fin, ‘ ÉVOHÉ BÈGUE ‘ est le nouveau set de l’étonnant trio français BÉGAYER ayant muté en quintet et proposant un déroulement sonore continu déjà en action avant même que le public ne rentre dans la salle.

Installés à même le sol, au milieu d’une quadriphonie traitée/manipulée/actionnée en direct par Etienne Foyer (perchman/musicien/ingé-son du groupe), avec une ribambelle époustouflante d’instruments peu courants/non-orthodoxes voire même carrément inventés, le BÉGAYER QUINTET plonge avec délice dans l’art de la boucle & du sample, mais une boucle/sample non fixée puisque exécutée en direct sur cette panoplie insensée d’instrument divers , en répétition constante et avec un potentiel de variation et d’évolution immensément infini. Variations des modes de jeu, des orchestrations/arrangements, des nuances, des timbres et de la vitesse, le trip_voyage en devient formidablement riche et sans fond/fin pouvant évoquer au fil de l’expédition & pêle-mêle: patterns à la Morton Feldman, orchestres nigérians, supplications post-punk/no wave, insolences rieuses des musiques populaires d’Italie du Nord, chants yodels rituels des moines de Java, poésie contemporaine, etc, etc…

Un véritable rituel instrumental & vocal en quelque sorte, exécuté en live et sur la très looooongue durée, comme un ostinato pouvant carrément s’étendre sans interruptions sur plusieurs heures selon le temps imparti & concentré sur deux batteries fabriquées, des percussions inspirées des factures italiennes (tamburelli) et brésiliennes (pandeiro, cuica, chapinhas), des instruments à cordes hérités d’observations éthiopiennes (Begena), des cornemuses inventées à partir des Zorna maghrébines, des chants français étranges, des éléments électroacoustiques (talkboxes, feedbacks, trompes sonnantes…), etc, etc….

Bref, une panoplie de possibles sonores (et visuels) insensés, pouvant se marathoner jusqu’à l’ivresse, enivrant les sens & conduits auditifs du visiteur/auditeur jusque’à son retour chez lui.

Une expérience totalement unique en son genre et sensoriellement jubilatoire en perspective, merveilleusement & potentiellement exorcisante en ces temps de co_vide dégénérant. Ou, comme ils le disent eux-même:

« L’évohé, le chant des bacchants, est multiple et dangereux, son culte ne repose sur aucun catéchisme. Le chant bacchant est d’effraction, il ne connaît ni commencement ni fin, se refuse à monter sur les scènes qu’on lui fait. Ainsi l’évohé est-il une discipline permanente d’agression du rituel par le réel. Un culte de l’objet dangereux, du temps rongeant les chairs, de la rédemption par l’ivresse. »

Rare, totalement inédit, sans fin précise arrêtée/prédéterminée (jusqu’au dernier auditeur errant?) et, dans le genre, insolitement recommandé_yé!

Plus d’infos:
BÉGAYER:
http://www.muraillesmusic.com/artistes/begayer/


Autres concerts de Loup Uberto à la cave12: