dimanche
22
mars
2020

ANNULÉ: DIGITA + BENJAMIN EPHISE + PASSAGE DE DISQUES

Concert

NE NOUS LAISSONS PAS TOTALEMENT ABATTRE, COURAGE, SANTé & FORCE FACE A CETTE PUTAIN DE CALAMITé_VIRALE_PLANéTAIRE::::::::::::::::::la cave12

LE CONCERT DE ABRASIVE LANDSCAPES INITIALEMENT PRÉVU LE DIMANCHE 22 MARS à la cave12 EST MAINTENU…. EN STREAMING LIVE SUR INTERNET à 21h00 TAPANTES DEPUIS LE SALON CONFINÉ DE BENJAMIN EPHISE_ISOLÉ_YEAH!

https://www.youtube.com/watch?v=Mvug9suSECA




DIMANCHE 22 MARS – 21h00 (concerts 21h30!)

– TOTAL INEDIT CUBE CONCERT_PERFORMANCE_BD_IMMERSION & MORE… + « ABRASIVE LANDSCAPE » cave12’s SOUND WIZARD NEW LIVE SET_YES!!! –

DIGITA (CH)
Ensemble Batida
Alexandra Bellon: composition, échantillonneurs, capteurs.
Anne Briset: composition, échantillonneurs, capteurs.
Jeanne Larrouturou: compositions, échantillonneurs, capteurs.
Viva Sanchez: composition, échantillonneurs.
Raphaël Krajka: composition, synthétiseurs.

Dessins: Hécatombe (Aude Barrio, Barbara Meuli, Yannis la Macchia, Thomas Perrodin, Antoine Fischer)

David Poissonnier: Ingénieur du son
Giuseppe Greco: vidéo

+
ABRASIVE LANDSCAPE (CH)
Performance audiovisuelle de Benjamin Ephise
Benjamin Ephise: Elecrtonique, effects, synthèse modulaire, conception visuel et audio réactivité
Thomas Perrodin: concept graphique
Nicolas Berger: création graphique/ rendu 3d

+
PASSAGE DE DISQUES
Juju & Odin: enrubannage_set spécialement pensé pour l’occasion

Attention & soirée_projet hautement particulier et zuuuuuuper_excitant autant visuellement que musicalement pour une création totalement inédite ici, DIGITA, née de la rencontre entre l’ENSEMBLE BATIDA et le collectif de bd, HECATOMBE, yes!!!

Sur scène, les cinq musiciens sont comme tombés dans une bande dessinée en 3D, à la forme d’un cube. Cet espace-son dessiné est bâti/pensé comme une île et, comme sur une île, c’est un lieu complexe: un cube de 2,5 mètres de côté, où évoluent les corps des musiciens et leurs contrôleurs (un synthétiseur tactile, des échantillonneurs, un pneu-pad, des capteurs 3D) sur lequel est accroché un système de diffusion du son. 

C’est simultanément : un espace de concert que l’on peut observer depuis l’une ou plusieurs des 4 faces (A-B-C-D), une chorégraphie de mains, une installation vidéo, une bande dessinée digitale en 3D.

DIĜITA se manipule de l’intérieur et se regarde/s’écoute de l’extérieur.

Pour construire la musique, l’Ensemble Batida & David Poissonnier glanent des ovnis sonores : sons de briques, de moteurs, de voix zinzins — qu’il consignent méticuleusement. Cette sélection compose une sorte de néo éthno-rituel frénétique, une plongée dans la matière où règne un écosytème de fusion de timbres et de trompes l’oreille. 

DIĜITA transporte ainsi l’auditeur/spectateur/observateur avec la force du cinéma pour l’oreille et multiplie les combinaisons qui s’ellipsent et s’éclipsent dans le cube. 

Le collectif de dessinateurs HECATOMBE (Aude Barrio, Barbara Meuli, Yannis la Macchia, Thomas Perrodin, Antoine Fischer) développe en même temps des images qui ont quelque chose d’archaïque et de futuriste. Certaines rappellent des motifs guerriers de cavernes millénaires, d’autres matérialisent les formes synthétiques de pays-âges avatars. La couleur est laissée à l’imagination des spectateurs pour se concentrer sur les mouvements que le dispositif permet. Dans le trait d’HECATOMBE se détachent : vitesses, accélérations, opacité, transparence. La couleur, guidée par les inputs des sons en cascade se devine du coup en filigrane.

Ainsi, dans les méandres du méta-instrument de DIĜITA, tout se mélange. Le spectacle se visite de manière fascinante et ludique, en circulant autour — comme un cube-île où l’on n’accoste pas.

Bref, un travail_création de longue haleine, présentée ce soir en public pour la toute première fois avec ce que cela sous-entend de surprises, supens et, forcément, excitation.

Et, en parfait complément de soirée, un tout nouveau set live de BENJAMIN EPHISE (aka YINSH) grand manitou/sorcier impeccable, entres autres, du son cave12ien, et qui déboulera ce soir avec son nouveau projet, « Abrasive Landscape » en collaboration avec Thomas PERRODIN et Nicolas BERGER.

Un live audio-visuel immersif et certainement englobant (voire hypnotique/physique) comme souvent chez BENJAMIN EPHISE pour un profond voyage/plongée ambient_drone_noise au sein de denses paysages sonores générés par une guitare traitée, un synthétiseur modulaire et autres effets électroniques/électriques.

Idéal pour compléter la soirée et le tout enrubanné comme il se doit par les passage de disques de la paire inédite Juju & Odin_yes!

Représentations uniques, donc A L’HEURE!!!

Plus d’infos:
ENSEMBLE BATIDA:
http://www.ensemble-batida.com/
HECATOMBE:
https://hecatombe.ch/blog.php