jeudi
29
mars
2012

CHRISTIAN WOLFARTH + ANTOINE CHESSEX

Concert

La cave12 à Archipel (#1)

Théâtre Pitoëff/Maison Comunale de Plainpalais - 52, rue de Carouge

JEUDI 29 MARS - 22h30 précises !!!!

CHRISTIAN WOLFARTH (ch)
cymbales solo
+
ANTOINE CHESSEX (Ch)
"Désintégration"
pour violon, tuba microtonal, percussions et électronique
Antoine Chessex : composition
Ekkehard Windrich : violon
Matin Taxt : tuba microtonal
Alexandre Babel : percussion
Valerio Tricoli : réalisation électronique

sur invitation d’ARCHIPEL et de l’ASM

Suite à l’invitation faite par le Festival Archipel à L’Association Suisse des Musiciens qui, par le biais de l’accordéoniste/performer/activiste Jonas Kocher, a redirigé cette invitation vers une concertation-programmation avec la cave12-toujours-nomade, c’est donc en commun/échange avec Jonas Kocher que l’on se retrouve projetée à Archipel, pour, c’est le but, un aperçu de la scène expérimentale/improvisée helvète.

Une bienvenue réorientation/réouverture de ce Festival vers des démarches expérimentales/improvisées, démarches que nous défendons sur le sol genevois depuis plus de 20ans. Les musiciens (suisses, donc) invités avec Jonas Kocher dans ce cadre-là, ont tous acquis/développés au fil d’années d’expérimentations un langage propre et foncièrement unique, vivant, se situant peut-être dans le prolongement de préoccupations "plus académiques/contemporaines/écrites"… les transcendant même souvent. Tous les musiciens invités on tous joué d’une manière ou d’une autre à la cave12-toujours-nomade. Ils représentent une infime partie de l’incroyable vigueur d’une scène expérimentale suisse (puisqu’on nous demande de parler/penser en termes "nationaux"), mais au-delà des nationalités, ils s’inscrivent en plein dans un langage sonore expérimental international incroyablement vivant, échangeant, collaboratif et transcendant, par le son, toutes formes d’identité nationale. Un son se développant universellement, chacun avec ses spécificités/individualités fortes…. de multiples façons d’appréhender le son, l’écoute, les situations de jeux. Un son résolument contemporain, actuel, évoluant au fil du temps, peut-être non-académique, mais qui ont leur place au sein d’un Festival comme Archipel. Pour leur complémentarité, leur "miroir", leurs audaces, leurs libertés, et leur désir de transgresser/abolir/amoindrir les chapelles. Musique totalement d’aujourd’hui que nous nous réjouissons de pouvoir présenter/proposer dans le cadre d’un Festival comme Archipel et nous replongeant, peut-être, quelques années en arrière, lorsque qu’Archipel et la Maison Communale respirait au rythme d’un doux vent de folie/enthousiasme qui, il faut le dire, nous manque passablement.
Une expérience à suivre… et à continuer ?
On verra.
Deux actes-sets par soir, et forcément, recommandables.

Ce soir :
CHRISTIAN WOLFARTH
Originaire du jazz mais très tôt au fait de l’improvisation, il fait partie des orfèvre en la matière. Volontiers arythmiques et carillonnantes plutôt que contondantes et martelantes, les percussions de Wolfarth s’égrènent en myriades de sonorités dispersées au gré des aléas de l’improvisation. De la batterie pour une musique concrète... Intense et subtil

DESINTEGRATION
Première de Désintégration, une œuvre d’Antoine Chessex faisant écho à Chute, pièce de musique de chambre composée pour le Kammerensemble Neue Musik de Berlin. Désintégration propose un voyage abstrait dans les méandres des textures sonores d’un trio acoustique traité par un dispositif électronique et diffusé en octophonie (huits hauts-parleurs).

Plus d’infos :
CHRISTIAN WOLFARTH : http://www.ch.wolfarth.ch.vu/
ANTOINE CHESSEX : http://www.soundimplant.com/achessex.html
ARCHIPEL : http://www.archipel.org/2012/index.php